lecture de « Est-ce qu’on peut voir avec ses oreilles ? »

Compte-rendu d’un DVDP autour de la perception. Cet atelier, à valeur expérimentale, a fait l’objet d’une animation successive par deux intervenants Chiara Pastorini et Vincent Mignerot.

Dans la première partie, CP travaille sur la perception. Elle part d’une première question :

« Pourriez-vous me donner des exemples de situations où vous percevez quelque chose ? ».

Elle regroupe ensuite les réponses qui sont les plus proches sémantiquement et va faire distinguer les notions suivantes : observer, voir et rmarquer. De ce point de départ, une discussion a lieu sur les 5 sens avec référence à Aristote. Elle pose ensuite la question de la différence entre la perception d’une émotion et celle d’un objet.

La distinction des enfants se fait entre le dehors (perception par les sens) et le dedans (perception d’une émotion). Elle fait alors l’expérience avec les enfants du sens proprioceptif (sens de soi dans l’espace) en leur faisant toucher leur nez alors qu’ils ont les yeux fermés.

Les enfants, petit à petit, ont souligné que percevoir c’est autant une forme de connaissance de soi et de son propre corps qu’une forme d’accès au monde qui nous entoure, et donc toujours de connaissance.

Dans la seconde partie de l’animation, VM, va travailler avec les enfants sur les sens en résonance :

peut-on voir des sons ou entendre des images ?

Il s’agit donc d’entrer dans les perceptions multimodales qui montrent comment les perceptions sont codées les unes par rapport aux autres de manière automatique dans le cerveau (mais par apprentissage probablement). Il passe par l’expérience des paysages sonores où il va s’agir de

 retrouver des caractéristiques de forme, de couleur et de déplacement spatial communes, telles que nous les associons tous inconsciemment à la fois dans le son et la représentation que nous nous en faisons (un son comme une forme, une couleur, une surface, une personne; il peut être doux, dur, donner une impression de fragilité, de puissance etc.)

Outre les deux sites internet support des intervenants, mi en lien en début d’article, on peut retrouver les expériences de VM à :

http://adrastia.org/  Adrastia vient du grec ancien Adrasteia : « auquel on ne peut échapper ».
Le Comité Adrastia a pour objectif d’anticiper et préparer le déclin de la civilisation thermo-industrielle de façon honnête, responsable et digne.

http://synestheorie.fr/  La synesthésie est l’association involontaire et automatique de modalités sensorielles différentes (définition plus précise en suivant ce lien).

http://www.theorie-de-tout.fr/  “Certaines de nos questions existentielles les plus importantes (sur notre origine, notre nature, notre écologie, notre avenir…) acceptent des réponses rationnelles, vérifiables et définitives. Alors que nous faisons face à un contexte de crise globale dont nous devons assumer la responsabilité et qui annonce l’imminence de notre fin, nous réconcilier avec ce que nous sommes semble malgré tout possible.”

Les paysages sonores

 

Les cinq sens sont beaucoup plus que ça

Comme les trois mousquetaires étaient au moins quatre, les cinq sens sont beaucoup plus nombreux que ça. Cette interrogation fait suite à la lecture de est-ce qu’on voit avec les oreilles, compte-rendu d’une séance autour de la perception par Chiara Pastorini et Vincent Mignerot.

Le point de départ c’est Aristote qui classifie les sens et en déduit 5 que nosu connaissons et que nous avons appris depuis l’école : ouïe, toucher, vue, odorat et goût.

Quelle est sa signification ? Cette expérience montre que nous pouvons, bien sûr, percevoir aussi notre corps, et que, en plus des cinq sens nous sommes pourvus d’un autre sens, le sens proprioceptif, qui permet une perception profonde de la position de différentes parties du corps, jusqu’à certains organes.

Depuis Aristote, en effet, d’autres sens ont été découverts (sens proprioceptif, sens de l’équilibre, la thermoception qui permet d’identifier la température…).

Et donc la question posée, existe-t-il une typologie des sens. Wikipedia est ton ami, la voici :

La question des sens est d’abord celle de la réception des stimuli de l’environnement : Les sens sont les instruments de la perception, c’est-à-dire le lien qui relie l’organisme au monde extérieur et qui lui permet de reconnaître, grâce à l’interprétation donnée par la pensée et la connaissance, les informations qui, parmi l’ensemble de celles lui parvenant, pourraient lui être utiles.

Dans l’article, le classement des sens se fait donc selon la manière de recevoir ces stimuli :

  • la réception d’énergie électro-magnétique : vision (perception de la lumière), électroperception (perception des phénomènes électriques chez certains animaux) et magnetoperception (perception du champs terrestre chez les oiseaux migrateurs)
  • La mécanoréception : toucher, ouïe, proprioception (réception de soi dans l’espace), écholocalisation (perception de son environnement par écho en provenance de soi comme les chauves-souris ou les aveugles), equilibroception (sens de l’équilibre)
  • la chimioréception : odorat et goût
  • termoception : réception de la chaleur, celle de l’extérieur comme celle de son corps (différence entre chaleur réelle et chaleur perçue)
  • réception polymodale : fait appel à plusieurs sens différents comme par exemple la nociception. Perception des lésions associées à la douleur.

Pour voir les différents récepteurs associés à ces réceptions, voir l’article de wikipedia.

Réflexion suite à cette typologie. Si l’homme n’est pas simplement défini :

  • par la frontière que constitue sa peau
  • mais aussi par son rapport à sa propre histoire, son histoire culturelle et sociale et son histoire en tant qu’espèce,
  • défini également par son rapport à son environnement et aux situations dans lesquelles ils évoluent en particulier comme être grégaire à la recherche de relation et en conversation avec d’autres

il faudrait alors ajouter dans les perceptions des sens sociaux comme le sens de la distance à son corps et le sens du temps, le sens à reconnaître et à répondre au désir de relation de l’autre, le sens à agir en semble, dans l’urgence… A partir de quand quitte-on les perceptions pour entrer dans les intelligences ?