Arguments pour un atelier sur le courage

travail préparatoire sur un atelier sur le courage avec comme support l’album Yacouba

Le courage héroïque individuel du héros homérique, instrument des dieux ou de la magie dans les contes modernes,et donc non responsable, face à la mort – l’accomplissement dans la mort. La recherche de la renomée par delà la mort (« À présent au moins, la dernière marche des Ents peut valoir une chanson »)

Le courage du soldat dans la phallange et dans la Cité : tenir sa position / tenir son rang – (Gimli – Je n’aurais jamais pensé mourir aux côtés d’un elfe. Legolas – Et que pensez vous de mourir aux côtés d’un ami ?). Il ne s’agit plus de fureur mais d’ordre et de maitrise de soi. C’est une éthique.

Ce courage de la maitrise de soi devient politique et signifie l’engagement dans la polis. Il nécessite responsabilité individuelle, maitrise de soi et intentionnalité. L’engagement vise alors à trouver le mieux possible pour la conduite de la cité. L’acte courageux est publique. Il est aussi virile (pas de femme, pas d’esclave, pas d’étranger, que des citoyens)

L’acte courageux est un acte morale c’est à dire qu’il n’est plus un accord avec des us et coutume mais un choix en rapport à soi (cet autre qui est moi). Il y a donc nécessité de cohérence. Je suis moi parce que mes actes sont en cohérence avec moi. Le courage consiste à respecter ses valeurs.

C’est une procédure d’évaluation de soi (la mort de socrate). C’est un acte autodéterminé et donc la marque d’une liberté. Le courage consiste aussi parfois à renoncer quand ce renoncement est le fruit de la raison
le courage réside dans le passage à l’acte, de manière raisonné (par opposition au courage du lion). Le courage consiste donc à agir en ayant évaluer les risques et les bénéfices et non en se jetant à l’aventure avec inconscience. avec aristote (entre lacheté et témérité).

Le passage à l’acte est aussi un acte de courage car il force l’indécision. C’est un courage du doute. D’essence guerrière (homère), puis morale civique gouverné par la raison (platon – la mort de socrate) il devient avec les chrétiens une vertu individuelle (cardinale) qui consiste à affronter sa peur pour rester fidèle à ses valeurs. C’est avant tout une force morale qui nécessite humilité, renoncement à soi et abandon.

Cette force morale est à la fois endurance et patience, constance, réflexion et action, savoir et pouvoir. Le courage s’articule entre l’acte défi individuel et l’acte collectif de défense de la communauté.

Le combat pour la justice agir pour rétablir l’ordre du monde. C’est la conscience d’une valeur pour laquelle cela vaut la peine de se battre (« Il est des choses qu’il vaut mieux entreprendre que refuser, quand bien même la fin risque d’être sombre. « tolkien)

Le courage de celui qui ne veut pas vivre à genoux et c’est le combat pour la liberté vs le courage de nourrir sa famille, le courage du quotidien et c’est celui de la responsabilité (ça c’est du lourd – abd el malik – https://www.paroles.net/abd-al-malik/paroles-c-est-du-lourd)

Aujourd’hui cette force morale est passé de l’ordre social (défendre des idéaux, la société, son groupe (par ex, les résistants, harry potter, narrnia) vers l’individu. L’action courageuse (et non plus le courage) réside dans le dépassement de soi, dans le changement de son cadre, dans le défi.

Le lion est l’animal du courage et de la force. Cf . Le roi lion, la peau de lion d’Hercule. Il est aussi le roi des animaux autant par sa force que par sa sagesse. Il incarne de ce fait le roi ou le chevalier idéal (Yvain ou le chevalier au lion), le lion Aslan créateur du monde de narnia. Le lion, le chameau et l’enfant de Zarathoustra

Sur le courage

POur travailler sur Yacouba :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.