Qui a tué Socrate ?

Début avec le texte de Polycrate, 10 ans après la mort de Socrate. En contrepartie, naissance des logoï, des textes pro-socratique.

Pourquoi écrire ce texte 10 ans après qui a suscité une controverse importante dans un contexte politique de fin de la tyrannie (403 ac) ? Il aurait été un fervent des oligarches, le gouvernement des trente. Cette mort pose la question de la démocratie basé sur la liberté de paroles absolu.

Il est difficile de comprendre pourquoi il a été condamné.

Qui donc était Socrate ? Comment concilier le Socrate moqué d’Aristophane et celui des disciplines de Socrate. A voir plutôt une critique des sophistes (apparition au milieu du 5e siècle) chez Aristophane. La sophistique est un commerce de l’apprentissage du raisonnement.

Voir les Mémorables de Xénophon, discipline de Socrate. Quelques textes mettent en scène Socrate, comme Platon le fait. Il laisse entrevoir une philosophie différente de la représentation qu’en a fait Platon. Dans ce texte, il parle de deux tyran Critias et Alcibiade qui furent des disciplines. On voit aussi les chefs d’accusation de Socrate. L’accusation est donc politique. Tout le travail de Xénophon est de disculper Socrate des actes de ses disciplines.

70 ans après, Socrate est devenu un modèle pour la jeunesse. C’est le constat de la victoire des pro-socratique.

Le texte qui se veut le plus proche du procès est celui de Diogène Laërce, soit 700 ans après. Le socrate historique est celui qui est très proche de texte.

Pourquoi la cigüe ? Mettre en scène un suicide et donc la possibilité d’un socrate considéré et qui est condamné car on ne peut pas faire autrement. EN effet, à a mort demandé par les accusateurs, socrate propose une peine impossible. Les juges seraient alors obligés de le condamner.

A travers l’histoire le procès va donner lieu à une multitude d’interprétations.

Pour les religions monothéistes, il serait un précurseur du Dieu unique.

Est-ce un intellectuel dissident comme les hommes des Lumières ont voulu le montrer ?

Timelapse de trente jours de mer avec un cargo

premier jet (26 septembre)

deuxième jet (27 septembre)

troisième jet (30 septembre)

quatrième jet (1 octobre)

cinquième jet (1 octobre l’après midi)

Vidéo signalée par un collègue. Pendant 10 minutes, on observe le déroulement du trajet maritime d’un cargo. 80 000 photos ont été nécessaires pour réaliser ce plan. Un timelapse, c’est une caméra fixée sur un objet mobile qui prend une photo, toujours selon le même cadre et selon un temps fixé. Il s’agit d’observer le déroulement d’un mouvement à partir de l’objet en mouvement.

1. Description des trois premières minutes

On voit une voûte céleste qui rapidement part vers le jour. On découvre l’avant d’un bateau, plus précisément un porte-conteneur. Le film est accompagné par une musique assez forte. Quel est l’intérêt de cette musique ? On passe d’un petit matin nuageux et à un grand ciel bleu et un soleil que l’on devine. C’est une journée lumineuse. Effectivement, ce navire (différence avec bateau) descend la mer rouge (où est-ce ?). L’après-midi devient nuageux. Les nuages remontent le bateau à grande vitesse. A quoi est- du cette impression de vitesse (voir plus bas le nombre d’image / heure) ?

La nuit du premier jour tombe à 27 s. On voit la voûte céleste qui remonte également selon le même principe. Quelques nuages, des éclairs que l’on ne voit pas vraiment font des flashs. On discerne la voie lactée dans le ciel (qu’est-ce que c’est ?). Lever du jour vers 37 s. Une lumière rosée colore le ciel et les nuages. Défile de couleurs pendant 10 s.

A nouveau la nuit à 55s. Une étoile très brillante, peut être l’étoile du berger avec la grande ourse ou peut être la croix du sud. Difficile de discerner. Des lumières au loin dans la nuit et une couleur bleu pétrole. Ce n’est pas des lumières du jour naissant mais c’est une ville au loin. 1min 3 s.

Des sortes de lucioles très vives passent rapidement autour du bateau. Le bateau change de cap et se dirige vers un foyer de lumière, le port.  1min 10. Il ralentit. Le soleil se lève, aube pâle rougeoyante.

A partir de cet objet technique, on peut discuter sur la nature de ce film, une fois expliqué les aspects techniques de sa réalisation. On peut par exemple demander si le bateau bouge ou alors est-ce un film de paysage qui défilent ? On entre dans le port.

Le bateau manœuvre pour se mettre à quai. A 1min 38.,  le ballet des grues de déchargement commence. Les conteneurs sont déchargés. On assiste à un balai de grue et de conteneurs. Des bateau s’en vont. Une grosse partie du jour est consacré à cette tâche. Enfin au repos, la nuit tombe.

Un autre mouvement remplace le ballet des grues, c’est celui des nuages noirs. L’aspect frénétique des grues est remplacé par une temporalité plus longue, même si le mouvement reste rapide. La nuit tombe à 2 min 26. Lumière vive du port. Les grues jaunes restent fantomatique entre nuage blanc de la couleur des éclairages du port, lumière vive de la ville, et noirceur de la mer au large, seulement marqué de quelques lumière du loin.

Le bateau s’en va, accompagné de son éclaireur (bateau qui sert à entrer et à sortir des ports). Nous sommes à 2 min 9. Le bateau sort du port, escorté de chaque côté par les lumières de l’activité humaine. Il part dans la nuit. On distingue clairement désormais des éclairs et des nuages noirs. Des halos de lumière donne un aspect fantomatique à la mer. On voit des lumières que l’on a du mal à imaginer réelles.

On quitte l’orage et on se retrouve sous la voûte céleste, un instant d’apaisement après la frénésie du port et la violence des éléments marins. Le jour se lève. On pourrait faire du image par image et on découvrirait des paysages hallucinants (les élèves n’ont clairement pas le vocabulaire pour décrire ce qu’il voit mais on pourrait faire émerger quelques notions quand même.

à 2min 30 le soleil se lève sur l’horizon. Plein Est devant le soleil. à 2 min 40 le soleil devient une étoile brillante. Est-ce qu’il n’y aurait pas un travail à faire sur le registre du soleil et de la lumière (éclairant, scintillant, brillante…). Le bateau, louvoie désormais, plein sud. Il suit le soleil et le quitte quand il bascule vers l’ouest. Des nuages à nouveau rapides avant que ne tombe la nuit. Fin de l’extrait.

2. Premières impressions et discussions possibles vue par l’auteur de cet article

On peut aussi discuter sur ce qui change et ce qui perdure : les paysages changeants, les contextes et les situations qui forment le voyage. Et donc on peut discuter par analogie sur tout ce qui fait chemin et en premier lieu le sens de la vie. Est-ce qu’une vidéo de ce type peut faire analogie ?

Autre angle d’approche, la notion de point de vue : une caméra unique donne la vision d’un objet. Mais la fixité de l’objectif empêche de faire un 360°. Peut-on alors parler de point de vue et par analogie approcher la notion de point de vue chez un humain. L’analogie est-elle alors la ligne droite ? Ou existe-t-il d’autres analogies ? On aborde alors la question du temps : circularité des jours et des saisons sans cesse recommencés et sans cesse différents ? Linéarité du chemin de la vie et du chemin de la connaissance ? Itérativité d’un jour sans fin ? Éternel présent ?

On peut discuter aussi sur l’aspect hypnotique qu’il nous procure, et donc sur notre perception. Qu’est-ce qu’alors que la perception ? Quelle connaissance avons nous de cet objet ? On peut aussi travailler sur la distorsion entre un objet hypnotique, le film et les conditions matérielles liées au transport maritime. C’est la distinction à voir entre magie de l’image et réalités technologiques (conception d’un objet visuel ; impacts environnementaux du progrès). Par analogie, on peut aussi travailler sur l’objet magique/technique internet…

Dans ce rapport entre hypnose et réalité, JS signale la possibilité de travailler sur l’écart existant entre l’image se déroulant dans un espace naturel grandiose. On peut alors voir un objet technologique pénétrer, au sens sexuel, un espace naturel inviolé. Sauf que, c’est une route maritime, il n’y a pas de nature ici, si ce n’est un décor. On pourrait même avoir un immense tunnel comme le passage sous la manche, avec déroulant, un film. Nous sommes dans l’illusion de la nature, dans la représentation de la nature. Quelle est la réalité alors ? Qu’y a-t-il hors champs ? Est-ce qu’il y a quelque chose ? Finalement, quand nous sommes dans notre expérience de notre vie, voit-on autre chose, sait-on autre chose que ce que nous donne notre perception ? Nous somme ici dans la caverne de Platon? Nous ne voyons qu’une image des choses ?

Dans ce rapport entre hypnose des images et réalité, on peut aussi y voir un rapport entre la nature et l’impact technologique que l’homme fait peser. Ce bateau majestueux est aussi un des plus gros pollueurs de la planète. Rapport entre beauté des images et invisibilité des conséquences en terme de pollution.

Déjà signalé plus haut, je me demande si on ne pourrait pas aussi travailler sur le registre de la lumière. Lumières humaines frénétiques, lumières de l’approche de la civilisation des bateaux que croise ce porte conteneur, lumière du soleil, lumière des éclairs et des flashs, lever du soleil et coucher du soleil. On peut travailler sur le registre de langue, sur la notion de temps du rythme des jours et des nuits…

3. Thématiques philosophiques

31. Le beau et le laid

(Lecture de… Brigitte Labbé, Michel Puech. La beauté et la laideur. Milan, 2002. (goûter philo))

Est-ce que les images qui défilent sont belles ? On peut déjà dire que la beauté n’est pas une vérité (une norme sûrement) « la beauté n’appartient pas à la chaise mais à celui qui regarde la chaise ». Quelqu’un pourrait trouver ces images belles et un autre non. Cette vidéo nous fait quelque chose, elle nous touche. C’est l’essence même de la beauté que de provoquer un sentiment, un bien être corporel. On ne reste pas indifférent.

Cette beauté nait également d’images qui sont extraordinaires, au sens de non ordinaire. Employer ce terme avec les élèves. Certaines images de lever de soleil, d’entrée dans le port nous semblent presque irréelle ou fantastique (deux terme à expliciter). En faisant des arrêts sur image, on obtient des photos qui suspendent le temps (c’est leur rôle d’immortaliser un instant qui n’existe plus).Mais quand est-il alors de la beauté de tous les jours ? Voit-on encore les chemins que nous prenons tous les jours ? Y a-t-il une beauté dans ce quotidien ? Et donc est-ce que la beauté vient de l’extraordinaire ou alors est-ce que nous ne prêtons pas assez attention aux choses ? Le beau s’apprend-il ? Est-ce simplement le résultat de l’inhabituel ? Que nous manque-t-il alors pour prêter attention au quotidien et en percevoir une beauté ?

Peut on partager une émotion lié à la beauté ? On peut partager une expérience, on peut décrire les images que l’on a là, mais, selon le ressenti de chacun sur ces images, peut on dire leur beauté ou leur laideur ? On peut partager une expérience, mais peut on partager une émotion ?

On pourrait alors se demander si c’est les images qui nous touchent ou alors si c’est la réalité que nous percevons derrière ces images : un bateau sur la mer avec des paysages qui défile. Ces images que l’on trouvent fantastiques nous toucheraient elle pareillement alors que nous ne pourrions pas faire un arrêt sur image. Est-ce que l’expérience du marin devant les lever de soleil est la même que celle que vous venez de vivre ?

EN trois minutes on a fait 5 jours de voyage, on a vu des choses extraordinaires, mais est-ce la réalité ? Si vous étiez dans le bateau cela ferai 5 jours que vous seriez parti. Serait-ce aussi beau ? Quels sentiment pourrait alors intervenir au bout de ces 5 jours : de la  lassitude, de l’ennui, de la fatigue ou au contraire une expérience sensorielle intacte ?

(lecture de… Yves Michaud. La philo 100 % ado. Bayard, 2016. p 71-77.)

Beau et laid sont les deux pôles d’une échelle de valeur. Il pourrait être intéressant de faire écrire cette échelle de valeur. Par ailleurs, le beau ou le laid ajoute une précision au strictement fonctionnel d’un objet. Une certaine esthétique qui génère un certain désir de l’objet. C’est tout le travail du markéting que de rendre désirable l’objet fonctionnel. C’est même le ressort essentiel du commerce, car si on en reste au niveau fonctionnel de l’objet et au niveau de la durabilité, on ne vend plus.

Plaisir ou déplaisir causé par l’objet sont donc indépendants de l’usage propre de l’objet. Le beau et le laids évolue dans le temps selon les critères et les normes sociaux (la mode) et selon l’histoire des individus. Ceux sont des conventions que nous intégrons et qui nous permettent d’échanger ensemble. Chaque société, chaque groupe sociaux définissent ce qui fait le beau et le laid. La beauté est donc contextuelle. Une idée : faire une comparaison entre Katy Perry et Beyoncé. Je pense que chacune, correspond à un groupe social déterminé.Voir par exemple aussi l’histoire de la beauté et l’histoire de la laideur de umberto Ecco. https://clio.revues.org/1825. https://www.cairn.info/revue-reliance-2005-1-page-114.htm.   http://www.journaldesfemmes.com/beaute/0704-histoire/presentation.shtml

Beauté et art sont-ils synonymes ? Pas nécessairement. La fonction de l’art est de métamorphoser la laideur. Il s’agit alors de donner une valeur esthétique. Dans le cas du timelapse, la valeur esthétique déborde ce qui est montrée entre calme et frénésie, lumière et nuit, entre nature et destruction de la nature. La fonction de l’art, moins que de montrer une réalité est de donner du plaisir. On peut dire la même chose du timelapse. Ne pas confondre alors fonction de la représentation à donner du plaisir au spectateur et normes sociales du beau.

La représentation permet aussi de prendre du recul par rapport à la trivialité du sujet, un bateau marchand qui navigue (cf les bateau en temps réel). On peut demander à comparer deux expression d’une même réalité la cartographie en temps réel et le timelapse. Une même réalité mais une fonction différente de sa représentation. Le timelapse peut s’apparenter à l’oeuvre d’art qui transfigure le réel en faisant entrer le sujet représenté dans les codes d’un genre. Ici un timelapse c’est des images qui par la fixité du point de vue vise à donner un sentiment hypnotique, indépendamment du sujet traité. Nous aurions probablement le même sentiment sur une route sauvage… De même le sentiment de l’immensité donné par la voûte céleste comme par le chemin maritime est un code littéraire que l’on pourrait faire remonter aux marins tentant de se repérer en mer et se posant la question de leur finitude dans cette immensité.

L’intérêt de ce timelapse est aussi de donner à chacun l’occasion d’avoir une expérience esthétique sans avoir une connaissance et sans être capable de verbaliser les raisons de cette expérience. Le plaisir donné par la beauté procure aussi un apaisement à celui qui contemple le beau. Beau et bien sont relié en Occident (le beau est le préalable au bien selon Platon) car chacun porté par des valeur de détachement et de désintéressement.

Lecture de… Dominique Julien. Comment parler de philosophie aux enfants. Le baron perché, 2013.

Analyse à partir du tableau de Goya, Saturne dévorant ses enfants. L’auteur émets des arguments par âge des participants aux ateliers philo.

Chez les petits (5-8 ans), c’est l’aspect repoussoir de l’image qui est mis en avant et le refus de regarder. Il y a un effort à faire au départ avant d’envisager la beauté de l’oeuvre. Dans le timelapse pas d’effort à faire. Les images sont reçues. Ici il me semble que c’est l’aspect hypnotique qui est recherché par ce mode de représentation et qui est produit à celui qui regarde.

Pour les moyens(8-10), on peut aborder le rapport entre la laideur de la scène et la beauté recherchée par l’oeuvre. On pourrait alors, chez le spectateur, reconnaître la beauté au plaisir qu’elle nous donne, un plaisir désintéressé. L’oeuvre d’art vise aussi à remettre en cause les certitudes d’une période (cf. impressionisme)

pour les grands (11-13), on peut parler de la relativité du beau. Derrière cette relativité il y a aussi la volonté, par chacun de faire partager l’universalité de l’oeuvre d’art (la thèse de Kant).

A regarder l’oeuvre, on prend également le point de vue de l’artiste. Et dans notre timelapse, c’est bien d’un point de vue qu’il s’agit. Ce n’est pas celui d’un artiste mais d’un vidéaste qui fait le choix de la forme vidéo (un timelapse), qui choisi l’emplacement de la caméra, le cadrage, la hauteur de vue, la cadence de photographie mais aussi le cargo, le voyage et le moment de l’année,  et enfin qui fait le montage et assure la diffusion.Il y a derrière ce choix, une recherche de vérité, de représentation du réel qui prend une forme « artistique » différente de ce que l’on connait. C’est donc aussi l’écriture d’une grammaire à laquelle nous assistons. Selon Kant, « le génie de l’artiste consiste à comprendre et à s’inspirer de règles existantes pour imaginer de nouvelles règles qui rendront son oeuvre à lafois originale et inspirante, c’est à dire exemplaire ».

Le vidéaste est un artiste. C’est un auteur. Mais qu’est-ce qu’un auteur ? Et qu’est-ce qu’une oeuvre ? la beauté justement, comme la mauvaise maitrise technique n’entre pas en ligne de compte pour la définition d’une oeuvre, mais seule la notion d’originalité. Sachant que c’est l’oeuvre qui fait l’auteur (juridiquement) alors que c’est l’auteur qui met en objet une intention au travers de l’oeuvre d’art. L’exemplarité est aussi un critère pour qualifier une oeuvre. On ne doit pas sentir le travail qu’il a fallu pour arriver à cette exemplarité. Elle doit enfin, selon Proust, créer son propre public

Lecture de manuel de philosophie. Passerelle. Chapitre 7 : l’art. Hachette, 2013. 166-

L’esthétique, c’est le jugement du goût, donc à ne pas confondre avec la beauté ou la laideur.

Chapitre 1. Quand y a-t-il art ?

La valeur artistique réside-t-elle dans l’objet ou dans le regard qu’on lui porte ?

p. 171. La beauté artistique est différente de la beauté naturelle. L’art transfigure le réel. In Kant, analyse du sublime. Le jugement esthétique pré-figure une connaissance. Une belle chose n’est pas une belle représentation d’une chose. – cf. Timelapse. la beauté naturelle est naturellement alors que la beauté esthétique nécessite une capacité de jugement.

p 171. L’oeuvre d’art n’est pas une chose mais un événement. L’art n’est pas un objet mais une fonction de certains évènements. Tout dépend du contexte dans lequel l’objet intervient. Ce qui préside à l’art est donc le concept ou le projet artistique. cf. Timelapse : quel est le statut de ce film ? Artistique ou simple expérience ?

p 172. Arthur Danto. C’est le contexte qui fait l’oeuvre d’art, à la fois le lieu d’exposition et la théorie de l’art qui sous-tend l’exposition et l’œuvre choisie. Dans sa concluson, les artistes de Lascaux ont-il pu avoir l’impression de faire de l’art ?

p173. Malraux. La naissance de l’idée d’art. Le concept généralisé d’art tend à remplacer la fonction sacré ancienne des objets. Ce qui importe aujourd’hui serait le style alors qu’auparavant, c’était le message (cf l’exemple de la statue de la vierge. Aujourd’hui on admire la statue, avant on priait la vierge).

Chapitre 2. A quoi sert l’art ?

Universalité de la pratique artistique. Il répond donc à un besoin et a une utilité, mais laquelle ?

p 174. La peinture hollandaise sublime le quotidien. Hégel. La plus grande minutie mise dans la représentation des geste du quotidien transfigure ces gestes et fait apparaitre une spiritualité. Le timelapse, dans l’écoulement du temps (monotone de la mer et frénésie du port) fait apparaitre une spiritualité de l’action humaine.

p 175. La catharsis comme purification de l’âme. Aristote. La catharsis c’est la libération des émotions négatives ou passions. La beauté accompagne cette libération. La musique nous calme, la tragédie nous permet de voir une représentation d’une action « élevée ». C’est une imitation. la beauté nous émeut. Dans le timelapse à rapprocher peut être du caractère hypnotique qui nous libère de l’effort comme de l’ennui.

p 175. Tout ce qui est utile est laid. Théophile Gautier. L’art n’a pas d’utilité. Son seul but est la recherche du beau. « le superflu est le nécessaire ». « l’endroit le plus utile d’une maison ceux sont les latrines ».

p 176. Le Bauhaus. Courant artistique qui veut réconcilier le beau et l’utile. Ancêtre du design.

Chapitre 3. Tout le monde est-il artiste ?

Qu’est-ce que le génie dans un monde où art et divertissement (mais aussi média) tendent à ne faire qu’un.

p 177. L’artiste ne vaut rien sans les muses. PLaton. Le poète n’est que le messager des dieux de qui il a l’inspiration. La technique n’est donc rien, la forme choisie également, si ce n’est qu’elle lui est donné par les dieux pour faire leurs louanges/ pour pouvoir dire la beauté.

p 178. La fabrication n’est pas la création. ALain. C’est dans la création en train de se faire que se créé la beauté de l’oeuvre. Il n’y a pas de plan prédéfini. Ce n’est pas un projet industrialisable et reproductible. C’est le rapport entre la technique, le projet et l’inspiration au moment où l’artiste travaille une matériau.

p 79. Il n’y a aucun miracle artistique. Nietzsche. Le génie existe-t-il ? Peu de différence entre artiste et artisan (à la différence d’Alain) : intuition, inventivité, adaptation sont autant de qualité présente chez l’artiste et chez l’ingénieur. Cf. La figure de l’artiste absolu Vinci à la fois peintre et ingénieur.

Chapitre 4. Le jugement esthétique doit-il être éduqué.

Les goûts varient selon les époques et les groupes sociaux. Peut-on apprécier alors l’art du passé. Il y faut une éducation du goût.

p 180. On goûte une œuvre d’art comme on goûte un plat. Hume. Il n’existe aucune norme ni aucune vérité en matière d’art. Une idée est objectivable alors qu’un sentiment est subjectif. Face à une oeuvre d’art, chacun ressent différemment. [commentaire perso. Cependant cela n’explique pas le fait que chacun s’accorde à dire que c’est une oeuvre d’art. Question pour moi, qu’est-ce qui fait qu’une oeuvre devient nécessaire à un moment donné ? C’est à dire qu’elle est dite pouvoir être un support à l’expression des sentiments] Dans le timelapse, on pourrait peut être envisagé d’une part le sentiment né du visionnage, qui est nique à chacun et l’idée que l’on peut extraire, sentiment de nature contre pollution.

.XXX A POURSUIVRE LA LECTURE DE CE MANUEL XXX.

32. La nature et la pollution

321. (Lecture de… Brigitte Labbé, Michel Puech. La nautre et la pollution. Milan, 2002. (goûter philo))

L’homme, grâce à son intelligence, a construit énormément de choses. Il s’est affranchit de la nature et s’est mis à puiser les ressources comme si elles étaient inépuisables et à jeter tout et n’importe quoi comme si c’était une énorme poubelle. Il a oublié qu’il est l’un des composants de la nature. Il n’est plus relié aux autres êtres vivants.

Recueil de liens sur le sujet [voir plus bas]

A partir d’exemple, un peu daté (marée noire, crottes de chiens…) analyse des conséquences de chaque situation décrite : l’égoïsme humain, les conséquence d’un zéro pollution sont-ils la fin de la civilisation de l’énergie… L’idée de cycle est mise en avant. A voir notamment le rapport entre cycle naturel et cycle de production d’un objet. Le CIVAM Bio doit avoir des docs là dessus. A voir également l’idée de circuit court.

4. Activité avec les élèves

41. Ancrage de l’activité

Si jamais nous n’arrivons pas à faire émerger une question à partir du timelapse, on a pensé à proposer cette question : Pourquoi l’Homme n’arrive pas à se contenter de ce qu’il a et qu’il essaye d’avoir toujours plus au risque de détruire tout ce qu’il possède ?

Le point de départ pourrait être le suivant. Une fois le film passé et le dispositif mis en place, et en l’absence de questionnement probant, nous allons passer du film au visionnage de la carte des navires en mer (voir plus bas). Et là, il s’agit de passer d’une lecture poétique de la navigation aux aspects purement économique et écologiques qui impactent la planète.

La question qui va suivre sera alors, qu’est-ce qui est transporté dans ces conteneurs ? Des objets pour quoi faire ? On pourra alors intégrer ce bateau dans le circuit commercial mondial et ensuite poser la question du rapport entre l’activité nocturne/diurne et l’activité industrieuse de l’homme ? Poser aussi la question de la lenteur relative du trajet et du pouquoi de ce voyage. Parler alors de l’invisibilité de la pollution, pourtant présente dans le film à condition d’y ajouter de la connaissance.

42. Apports aux élèves

L’activité avec les élèves : On pourrait faire le visionnage de la vidéo jusqu’à 2min 23, soit 5 jours de navigation jusqu’à l’arrivée dans un port, le déchargement et le rechargement dans la soirée et la nuit des conteneurs. Il convient alors de donner quelques explications :

421. Apports 1. Explications sur le transport maritime. Sélection de liens à utiliser avec les élèves?

  1. sur le fonctionnement du transport maritime en porte conteneurs : 30 jours de navigation, jours et nuit, sur des bateaux qui ressemblent à des barges et qui portent des  https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_plus_grands_porte-conteneurs
  2. Ces navires ont tous les mêmes caractéristiques de base, avec les mêmes dimensions. Leur largeur de 58 à 59 mètres leur permet de charger 23 rangées de conteneurs en pontée et 21 en cale. Leur longueur de 395 à 400 mètres fait qu’ils présentent tous des lignes de 24 conteneurs de 40 pieds dans le sens longitudinal, la seule différence se situant dans la répartition des tronçons. lien.
  3. Les lignes maritimes à partir des ports français http://www.lantenne.com/fret-lignes-maritimes-regulieres-ports/
  4. Le trafic maritime en temps réel http://www.marinetraffic.com/en/ais/home/centerx:-12.1/centery:25.0/zoom:4
  5. Comparaison en kilojoules, pour un colis de 10 kilo transporté, du transport maritime, aérien et routier http://www.labosim.net/travail-energie/consommation-energetique – Et donc le transport maritime est le plus économique, car le plus lent, le plus capable de faire des économies d’échelles (200 000 t/voyage)
  6. … Pour propulser Le Kerguelen dans les eaux du monde entier, un moteur d’une puissance équivalent à dix Airbus A380 est nécessaire. Pour faire face à ce défi de puissance, un unique moteur de 90.000 chevaux alimente le géant des mers. Composé de 11 cylindres en ligne, ce moteur deux temps est alimenté par quatre groupes électrogènes à bord. D’une puissance totale de 14 MW, ils pourraient alimenter une ville de 16.000 habitants. Pour faire fonctionner un tel moteur, le Kerguelen peut brûler jusqu’à 300 tonnes de combustible chaque jour… https://www.lenergieenquestions.fr/tag/porte-conteneur/

422. Apports 2. Les conditions de réalisation de l’expérience.

  1. Soit 80 000 photos prises à temps fixe pendant 30 jours pour un film de 10 minutes. La caméra est fixée sur le bateau en mouvement et ne bouge pas.
  2. POur une journée de 24 heures, nous avons donc 80 000 / 30 = 2700 photos par 24 heures et donc 1050 photo par heure.
  3. POur mémoire, un film au cinéma, c’est 24 images par secondes, soit par heure 24 X 3600 = 86 400 images à l’heure.
  4. Donc on peut s’appuyer sur cette comparaison pour parler de technique cinématographique et de la notion de fluidité d’une image animée. L’intérêt d’un timelapse étant bien sûr cet aspect un peu saccadé qui permet de prendre de grande période temporelle par rapport à un film de cinéma qui demande de faire des montages.

423. Apports 3. Le monde qui vient

Un certains nombre d’informations sont parrues cet été, toutes plus angoissantes les unes que les autres. EN voici une liste sans présentation.

L’utilisation des plastiques un peu partout en contact avec l’humain a des conséquences sur la santé humaine, par exemple les phtalates :

http://mobile.lemonde.fr/planete/article/2017/09/30/les-phtalates-interferent-sur-le-comportement-des-petits-garcons_5193916_3244.html

que deviennent les 25 millions de bouteilles en plastique consommées chaque jour

https://mrmondialisation.org/la-face-cachee-des-bouteilles-en-plastique/

Les additifs cachés dans l’alimentation

https://mobile.francetvinfo.fr/sante/alimentation/l-article-a-lire-sur-les-nanoparticules-ces-petits-additifs-caches-dans-les-produits-du-quotidien_2340221.html

Les recommandations pour une alimentation saine

http://mobile.lemonde.fr/sante/article/2017/01/24/moins-de-viande-et-de-charcuteries-moins-de-sucre-les-recommandations-de-l-agence-sanitaire_5068115_1651302.html

Incendies et ouragans, les conséquences du réchauffement climatique

https://www.humanite.fr/rechauffement-climatique-ce-que-nous-dit-louragan-harvey-au-texas-641366

Survie de la planète

https://www.humanite.fr/le-capitalisme-est-incompatible-avec-la-survie-de-la-planete-641025

Réchauffement climatique, nous n’avons que trois ans pour agir

http://www.lejdd.fr/societe/rechauffement-climatique-pour-jean-jouzel-climatologue-nous-navons-que-trois-ans-pour-agir-3409817

en 2100, deux européens sur trois seront affectés par des catastrophes climatiques

http://mobile.lemonde.fr/planete/article/2017/08/05/d-ici-a-2100-deux-europeens-sur-trois-seront-affectes-par-des-evenements-climatiques-extremes_5168929_3244.html

Pourquoi les vagues de chaleur intense sont appelés à se répéter

https://theconversation.com/pourquoi-les-vagues-de-chaleur-intenses-sont-appelees-a-se-repeter-80250

L’asie du sud risque d’être invivable pour l’homme en 2100 (1/3 de l’humanité)

http://m.rfi.fr/asie-pacifique/20170803-asie-sud-risque-devenir-invivable-2100-selon-etude-sciences-advances

La secheresse en SOmalie

http://www.rfi.fr/afrique/20170804-reportage-somalie-puntland-secheresse-souvenirs-anciens

Dégel du permafrost ; arrivée de nouveaux virus

http://dailygeekshow.com/virus-permafrost-prehistorique-dangereux/

La sixième extinction massive d’espère est en cours

http://www.courrierinternational.com/article/science-la-sixieme-extinction-massive-despeces-est-en-marche

La moitié des vertébrés a disparu en 40 ans.

www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/10/27/la-moitie-des-vertebres-a-disparu-en-quarante-ans_5020936_1652692.html

L’élevage des bovins responsable de 16% des émissions de gaz à effet de serres en 2017

http://www.lapresse.ca/environnement/pollution/201709/28/01-5137679-climat-les-emissions-de-methane-de-lelevage-plus-importantes-que-prevu.php

Je ne possède que des objets qui me sont utiles et qui m’apporte du bonheur

https://uneviesansgachis.blogspot.cz/2017/08/je-ne-possede-que-des-objets-qui-me.html