L’intérêt des ateliers philo dans l’apprentissage des enfants

Lecture d’un billet de parlonsapprentissage, un blog canadien, sur l’intérêt d’un atelier philo. Après la mise en perspective de deux enquête sur le sujet, il donne une idée de ce qu’il faut privilégier. J’ai un peu de mal à penser que la pensée critique soit une compétence, je pense plutôt qu’il s’agit d’un processus incarné dans chacun qui permet ensuite d’agir.

  • La pratique régulière et répétée
  • La poursuite d’intentions et la mobilisation d’interventions pédagogiques en phase avec l’esprit du dialogue philosophique

la pratique du dialogue philosophique correspond à une pédagogie du questionnement, laquelle vise à mettre les participants au défi de penser par et pour eux-mêmes en dirigeant l’attention sur des aspects liés aux processus de réflexion et qui rendent possibles la mobilisation et le développement de la pensée critique.

  • La stimulation du développement de connaissances métacognitives

cette démarche vise néanmoins à permettre aux élèves de s’approprier des connaissances et des habiletés liées aux processus cognitifs et aux outils intellectuels à partir desquels la pensée s’exerce. Les élèves apprennent donc, par exemple, différentes habiletés de pensée, dont les exemples et les contrexemples, les définitions, les analogies, les raisonnements hypothétiques, les présupposés, les comparaisons, les distinctions, les justifications, etc.

  • Un renversement dans les rapports aux savoirs, le contrat didactique et la posture enseignante

L’un des objectifs demeure d’examiner attentivement ensemble les multiples relations existant entre nos conceptions et les contextes dans lesquels elles s’insèrent.