Définir la pauvreté

ATD Quart monde définit la pauvreté selon 9 critères

  • dépossession du pouvoir d’agir
  • souffrance dans le corps
  • combats et résistances
  • maltraitance institutionnelle
  • maltraitances sociales
  • contributions non reconnues
  • Privations matérielles et sociales
  • revenu insuffisant et précaire
  • manque de travail décent

Cette ensemble de critère contribue à stigmatiser, exclure et invisibiliser les populations touchées par la pauvreté et à dénier aux personnes leur statut d’être social.

Avant d’être un problème économique, la pauvreté est d’abord un phénomène éthique

Rationnel ou raisonnable

Sans faire de recherche précise sur le sujet, voici la distinction que je fais entre les deux termes.

Serait rationnel ce qui ferait appel à la cohérence des processus. Créer une cause pour avoir un effet et que l’enchaînement de ces causes vers l’effet soit cohérente et sans accroc.

Serait raisonnable ce qui juge d’un fait en fonction de valeurs affirmées en regard de l’histoire de l’environnement du vivant, du vivant, de l’humain et de l’histoire, c’est à dire des conditions qui font que nous sommes ce que nous sommes.

Exemple classique, les chambres à gaz étaient quelque chose de rationnel mais hautement déraisonnable (à titre personnel je dirais que c’est une aberration et une dégueulasserie mais je veux aussi employer le terme de déraisonnable.)

On peut donc justifier rationnellement de tout (ce que fait la philosophie analytique), sans pour autant être raisonnable.

Cours sur la page comme espace – WiP

« la page est un espace d’information s’inspire de listdelist

Objectifs

  1. Appréhender l’évolution des supports d’écriture comme espace
  2. Appréhender la notion de format comme mise en forme et contrainte d’écriture
  3. Différencier la feuille de papier de la feuille numérique et comprendre la fabrication d’une feuille numérique
Activité 1. Les supports d’écriture dans l’histoire

Pour commencer cette activité, un petit tour par le site de la BNF consacré aux supports.

Document de travail

EXERCICE. Par groupe de 2, vous traitez chacun un support. Vous pouvez faire des recherches sur internet pour compléter les informations.

Vous devez rechercher les informations suivantes : pays d’origine, date, rapidité de diffusion, support, matériau, objet pour écrire, type d’écriture. On précise au fur et à mesure de l’activité.

http://classes.bnf.fr/dossisup/supports/index10.htm

http://classes.bnf.fr/dossisup/enbref/1.htm

http://classes.bnf.fr/dossisup/outils/indexo.htm

https://3.bp.blogspot.com/-NZWM5RiwuxE/UVAKEFWO0uI/AAAAAAAAEZ4/nhy-Iud_1pc/s1600/histoire-ecriture2.jpg

http://www.histoire-cigref.org/wp-content/uploads/2014/02/infographie-ecriture-lecture-numerique-cigref.jpg

Pour aller plus loin

http://lewebpedagogique.com/lectures/category/ecrits-de-2009-2010/lecrit-et-ses-supports/

http://classes.bnf.fr/dossiecr/chr-ecri.htm

 

Activité 2. Travail sur les formats : la feuille A0

Préalable : différencier la feuille et la page.

EXERCICE. reconstruire avec l’ensemble des feuilles proposées une feuille A0. Identifier avec les étiquettes les formats de feuille utilisés. Calculez en m2 les superficies de chaque feuille.

Activité 3. Ecrire sur une page blanche

EXERCICE. Dictée. A partir d’un livre ancien que les élèves viennent de découvrir, faire une dictée sur une feuille blanche (une phrase). Au préalable, leur demander de faire un point n’importe où sur la feuille. Et faire débuter la dictée de ce point.

Quelle est la qualité de l’écriture produite ? Que manque-t-il pour améliorer la qualité du texte ? Si je veux écrire à mon amoureux/se, je prend quelle feuille : la feuille à carreau ou la feuille blanche ?

Activité 4. Comment est fabriqué un livre ?

Pourquoi les feuilles du livre ancien proposé en exemple sont-elles attachées ? Comment faire un livre ? A partir d’une feuille, combien de pages sont crées ? Comment numéroter les pages ? Comme préparer l’impression du texte sur une feuille ?

EXERCICE. Pliage d’une feuille pour réaliser un cahier de 16 pages.

Activité 5. Chercher sur des supports différents

EXERCICE. Trois ateliers en parallèle à partir du recueil de recettes sur la Mayenne :

  • Atelier 1. Accéder au pdf en ligne, télécharger le pdf ;
  • Atelier 2. dérouler le rouleau ;
  • Atelier 3. accéder au codex.

Consigne. Exercice de rapidité par atelier, trouver une recette de cuisine utilisant des carottes. On change d’atelier, trouvez une recette avec des navets. On change d’atelier trouvez une recette avec de l’oseille.
Comment avez-vous cherchez ?

Activité 6. Créer une page numérique.

EXERCICE. Sur cette page que vous lisez, sur agerbault, faire un clic droit et afficher la source. Vous obtenez un code informatique, du HTML qui est la base des textes sur un navigateur.

Vous allez sur la messagerie de e-lyco et vous créez un message. Pouvez-vous écrire en dehors du formulaire ? Si vous êtes sur un réseau social, arrivez-vous à écrire en dehors du formulaire ? Avec la feuille à carreau, vous pouvez écrire dans la marge, même si le prof vous dira que vous ne pouvez pas le faire ? Là non.

EXERCICE. On va créer un formulaire en HTML. Prendre notepad+ et copier coller le code ci-dessous. Il s’agit d’un code pour créer un formulaire sur une page numérique. Vous enregistrez sous ET VOUS CHOISISSEZ le format HTML. Vous ouvrez ensuite cette page. Que constatez-vous ? Vous ne pouvez écrire que là où on vous dit d’écrire !

<form action= »/ma-page-de-traitement » method= »post »> <div> <label for= »nom »>Nom :</label> <input type= »text » id= »nom » /> </div> <div> <label for= »courriel »>Courriel :</label> <input type= »email » id= »courriel » /> </div> <div> <label for= »message »>Message :</label> <textarea id= »message »></textarea> </div> </form>

Activité 7. Création d’une page numérique simple

EXERCICE. Créer une page html simple.

Les consignes à suivre se trouve dans le code

<head>
<title>METTRE UN TITRE</title>
<meta tag>METTRE DES MOTS CLES</meta tag>
consigne : le html est un langage à balise. Une balise est symbolisé par les deux signes <BALISE>. UNe <BALISE> s’ouvre et se ferme </BALISE> Le « / » permet la fermeture.
</head>
<body>
Je vais mettre un texte <b>en gras</b>en <em>italique</em> ou <u>souligné</u>
je vais rajouter une image. Pour cela, je copie l’adresse d’une image, que je vais chercher sur internet, et je la colle après le signe « = » dans la balise « src ».
<src=LADRESSE DE MON IMAGE>
et puis je veux aller sur une page wikipedia en lien avec mon sujet. POur cela je vais copier coller l’adresse de cette page dans la balise « a » après le signe « = »
<a href=>MON TEXTE VERS WIKIPEDIA</a>
</body>
</head>

Activité 8. Qu’est-ce que le numérique ?

Une page internet est donc codée en html. Mais comment l’ordinateur fait-il pour la lire ? Un ordinateur ne lit que du binaire, c’est à dire une suite de 0 et de 1.

Sur la page wikipedia, vous pouvez consulter les 128 caractères en ASCII.
https://fr.wikipedia.org/wiki/American_Standard_Code_for_Information_Interchange

Explication de la lecture du tableau.

EXERCICE. Comment s’écrit la lettre « a » minuscule ? La lettre « A » majuscule, le chiffre « 1 » ? la touche « espace » ? le « ! » ?

Comment l’ordinateur fait-il ?

EXERCICE. Quelqu’un va donner le rythme comme en musique et vous tapez en rythme à chaque fois qu’il y a un « 1 » et vous ne tapez pas quand il y a un « 0 »

Convertir avec le convertisseur un mot en binaire et le jouer

http://www.supportduweb.com/convertisseur-textes-binaire-code-ascii-numerique-ordinateur-secret-encoder-text-binary-chiffrer.html

Nous avons utilisé le battement des mains pour la cadence et le taper du doigt pour l’impulsion. Comment fait l’ordinateur ?

Activité 9. Que voit google ?

Ouvrir la page que vous avez créée sur notepad+.

Rappel un moteur de recherche fonctionne en trois étapes :
1. Le spider va de lien en lien et enregistre les pages dans les bases de données du moteur de recherche
2. L’élève fait une recherche
3. Le moteur fournit une page de résultat

Etape 1. Que fait le spider ?
http://www.supportduweb.com/recuperer-texte-site-ce-que-vois-google-txt-lynx-voir-son-site-en-texte.html

Etape 3. Comment le moteur classe les résultats ?
http://bluepillredpill.vmarquet.io/pagerank/

Cours sur les espaces numériques (google) – WiP

1. Etudier les moteurs de recherche : 3 sources

Source 1. La salsa des moteurs

Connaissez-vous la chanson (sur l’air de la salsa du démon) en trois couplets ? :

« oui, oui oui c’est moi l’araignée »

« je suis les adresses (hypertextes) plus vite que la lumière »

« j’enregistre les pages internet »

« dans mes grandes bases de données »

.

« oui oui oui c’est moi le petit n’élève »

« je veux tout savoir sur les data center »

« Où c’est qu’elles sont toutes ces données ? »

« ces serveurs, ces bases de données »

« oui oui oui c’est moi l’algorithme »

« J’vais vous classer tout ça dans ma page de résultats »

« Y’aura des pubs et des images »

« des émissions, des définitions wikipedia »

Source 2. Une vidéo sur le fonctionnement des moteurs de recherche

 

 

Source 3 : un prezi sur les moteurs de recherche

 

 

Question 1. C’est quoi un spider (araignée) ?

Question 2. Comment le spider parcourt-il le web ?

Question 3. Où sont enregistrés les pages que le spider découvre ?

Question 4. Que fait l’internaute pour faire une requête au moteur ?

Question 5. Comment le moteur propose la page de résultats ?

La vidéo du travail a été produite par Fenêtresur et le prezi fait par Martheaucdi

2. L’industrie des données : serveur, datacenter, câbles…

 

Un data center, c’est un bâtiment dans lequel il y a des armoires de serveurs. Image

Voici un data center de Facebook en Finlande. Il mesure 11 terrains de foot. Image

les serveurs communiquent sur la planète, via des connexions. Il s’agit principalement de câbles (cas des ordinateurs – ADSL/Fibre) et de connexion par satellites (4G).

Submarine Cable Map
La carte interactive des câbles sous-marin

Dans les coulisses des centres de données de google

L’homme qui plantait les arbres

Ressources pour un atelier préparant au travail du potager au collège

https://mrmondialisation.org/perou-on-fait-revivre-les-savoirs-lies-aux-plantes-medicinales/

Les savoirs des Kayapo http://www.terresacree.org/kayapo2.htm

Voir Yacouba Sawadogo http://meteopolitique.com/Fiches/Heros-Heroines/Yacouba-Sawadogo/Yacouba-Sawadogo-l-africain-qui-plantait-des-arbres.htm

Voir la méthode Myiawaki https://positivr.fr/methode-akira-miyawaki-reforestation-arbres/

en temps réel, les hectares de forêts détruit dans le monde – https://www.planetoscope.com/forets/274-deforestation—hectares-de-foret-detruits-dans-le-monde.html

Ecosia, un moteur de recherche qui donne de l’argent contre la déforestation

non lu cet article d’un japonais qui a une méthode originale de reboisement

Cet homme a créé une méthode pour reboiser dix fois plus vite les zones déforestées

La Chine repeuple le désert

 

 

 

distinguer fait et évènement, idée de scénario

Activité à faire avec deux profs. On scinde la classe en deux. Un groupe sort de la salle en auto-gestion – 10 minutes.. L’autre groupe reste dans la classe.
Un enseignant donne plusieurs informations plus ou moins importantes. A un moment, l’autre enseignant dit vouloir proposer une expérience. (c’est le premier enseignant qui lancera le début et la fin de l’expérience – alors que le second sera acteur).
Le second enseignant demande à un élève de se lever et le bouscule intentionnellement et démonstrativement – peut être avertir cet élève au préalable.
euh ça s’fait pas monsieur,patatati, patata.
Là le premier enseignant siffle la fin de la situation et débriefe :

Les enseignants demandent au groupe ce qu’il pense de la situation. On doit arriver à la notion de fait, c’est à dire une situation avec une transgression
donc deux acteurs, une situation, une norme transgressée (le prof qui bouscule) des témoins (les autres membres du groupe)

Les enseignants font entrer le deuxième groupe. Les témoins doivent alors dire ce qu’ils ont vu, ce qui s’est passé pendant les 10 minutes. Et bien sûr ce qui devrait émerger ce serait l’altercation.

On construit alors la notion d’évènement comme discours sur un fait. Les témoins deviennent alors les sources pour le groupe du dehors qui va pouvoir commenter l’évènement.

Dans un troisième temps, des membres du deuxième groupe peuvent tenir une conversation imaginaire sur cet évènement. Dans le même temps, les témoins peuvent écrire un article sur la question.

Pauvre pépé perdu sur l’aire d’autoroute

Pauvre pépé !

pépé c’est le vieux chien de la famille. Un teckel à la colombo, très vieux qui dort tout le temps. Un jour la famille : la mère, le père, les deux enfants, part en vacances. Ils ont un long trajet par l’autoroute à faire et il faut qu’ils soient arrivés avant la nuit car demain matin, c’est la plage des vacances.

Ils s’arrêtent sur une aire d’autoroute. Pauvre Pépé va se balader, faire son pissou, découvrir le coin. En chemin, il discute avec un berger allemand qui lui raconte l’histoire de la levrette de die. Il course de ses vieilles pattes un épagneul breton. Il batifole quoi ! Un petit vent se lève. Oh mais il fait frisquet tout à coup ! C’est l’heure rentrer à la voiture. Pauvre Pépé s’en retourne cahin-cahan vers la voiture. Il arrive mais il n’y a plus de voiture. Regard étonné de Pépé, il tourne à droite et il tourne à gauche. Il doit bien se rendre à l’évidence, pas de voiture. Pauvre pépé est un chien qui en a vu d’autres et il a confiance en ses maîtres. Ils vont revenir ! Hein ?

Sur l’autoroute, plus loin, chacun somnole dans la voiture pendant que la mère conduit vers les vacances. Tout à coup éclat de voix dans la voiture. « On a oublié Pauvre Pépé sur l’aire d’autoroute ! » Que faire ? On est sur l’autoroute, on ne peut pas retourner comme ça. La prochaine sortie est à 30 km, c’est loin. Il faut être arrivé avant la nuit. Tant pis, on ne peut pas revenir, alors on continue la route, avec mauvaise conscience. On dira aux enfants plus tard qu’il s’est sauvé en arrivant.

Pauvre Pépé attend toujours !

Redites l’histoire

quelles questions voyez vous ?

Que pensez-vous de cette histoire ?

thèmes

  • Le rapport à l’animal / humain non-humain / éthique et droit / jusqu’où aimer un animal ? A-t-on des droits envers un animal de compagnie ?

  • Le rapport coût / bénéfice – retourne-t-on pour un animal ? Pour u doudou ? Pour la serviette de toilette ? Pour le porte-monnaie ? Pour un enfant ? Pour grand-père ?

  • Déterminismes techniques et restriction de la liberté : pourquoi on ne peut pas faire demi-tour : ce qu’on gagne, ce qu’on perd à être sur l’autoroute. On va vite mais on ne peut pas revenir en arrière. Connaissez-vous d’autres déterminismes techniques comme ça qui contraignent en même temps qu’ils proposent un confort ?

Retour réflexif sur la séance « dieu n’a pas d’adresse »

Cette séance a concerné 11 demi-groupe de 10 à 15 élèves de 6e. Elle s’inscrit dans un dispositif qui concerne les 6e uniquement : les ateliers info-doc. Dans ces ateliers l’auteur de l’article travaille avec les élèves autour de l’information. Le fil directeur de l’année est la notion d’adresse. Ce qui a été fait :

  • – Le collège est un ensemble de lieu qui ont des adresses (les salles, les bâtiments…)
  • – Le CDI est un de ces lieux dans lequel des objets, les livres ont des adresses. Les élèves ont fait le plan du CDI et ont identifié les différents espaces.
  • – La ville est un espace d’adresses. Une sortie vers la médiathèque a été organisée. Sur le chemin vers la médiathèque les élèves ont eu à repérer, sur une carte avec des gommettes, les différents objets et réseaux (route, vélo, bus, prise d’eaux, égouts, bâtiments divers, poste, pompiers…) qu’ils ont rencontrés.
  • – La visite de la médiathèque avait été préparé, avant la sortie, en préparant l’itinéraire, du collège vers la médiathèque, sur openstreetmap. Cela a été l’occasion de travailler sur l’adresse GPS.
  • – La médiathèque a aussi des objets adressés : livres, JV, CD…
  • – C’est dans ce contexte que s’insère l’atelier philosophie. C’est une introduction au travail qui se poursuit sur l’adresse IP d’un ordinateur en réseau (espace numérique)  et le chemin que prend l’information entre le click du lien d’un site qui se trouve sur une page de résultat et le chargement de la page…
  • Cette séance est prévue sur une heure et sert d’introduction au cours sur l’adresse IP. Ce choix est arbitraire. L ‘année prochaine, il faudra rendre cohérent l’insertion des temps philosophiques et documentaires.

La séance se passe au CDI (centre de documentation et d’information). Les élèves sont assis en rond et l’animateur/enseignant est avec eux dans le cercle. Il y a un bâton de parole, qui est un enregistreur. Il n’y a pas d’autres rôles définis. L’animateur/enseignant est identifié comme tel. La séance ne donnera pas lieu à la création d’une trace écrite, même si une réflexion existe sur la mise en place d’une séance ultérieure, reprenant la base de cette séance afin de lancer une recherche sur les thèmes : personne, humain et vivant.

Le statut de cette séance est d’être un work in progress en vue de préparer l’année prochaine. Il s’agit donc d’essayer et de remédier à ce qui a été fait.

Dans un premier temps, l’animateur/enseignant lis la première partie de l’histoire et je demande aux élèves ce qu’ils en pensent. Il attend deux arguments, la responsabilité individuelle de ses actes d’une part et le fait que Dieu ne soit pas adressable et ne soit donc pas une personne. Être accessible ne signifie pas forcément avoir un habitat. Il est toujours possible, même avec difficulté, de trouver quelqu’un. Et si ce n’est pas possible les limites sont physiques et non de l’ordre de la transcendance.

On peut localiser potentiellement quelqu’un sur cette planète. Pendant longtemps, il s’est agit de demander un chemin :

  • « t’as pas vu untel ?
  • « Si il est partit par là… »
  • ou alors « Tu tourne à droite, tu va tout droit… « 
  • ou alors « tu devrais demander à machin… »
  • ou alors, « 35, rue de shiva, 12000 shivapa ».

Aujourd’hui avec les progrès techniques des technologies de surveillance, on peut retrouver quelqu’un via la vidéosurveillance ou un gps ou un wifi et alors l’adresse devient quelque chose du genre : « untel était là à 12h40 ».

Quelque soit la méthode, Il suffit de consacrer du temps pour trouver quelqu’un en analysant ses traces d’activité. Il ne faut pas oublier que l’invention des adresses répond à cette demande de localiser les bandits et les mauvais payeurs de l’impôt. L’invention de ce dispositif technique et juridique a été d’abord pensée pour cela. Donc la question des justifiables importe peu finalement au regard de la volonté de fixer les individus.

Ensuite, l’animateur/enseignant donne aux élèves la conclusion de l’histoire et induit le traitement de trois thèmes liés :

  • – qu’est-ce qu’une personne ?
  • – qu’est-ce qu’un être humain ?
  • – qu’est-ce qu’un être vivant ?

L’idée est à chaque fois de remonter vers le niveau supérieur afin d’une part de distinguer ce qui fait que « nous sommes qui nous sommes » et d’autre part de montrer que l’adresse est constitutive de la personne. La séance dure une heure et doit déboucher sur cette conclusion : l’adresse comme localisation d’un objet dans un espace/réseau.

En conclusion, l’animateur/enseignant n’est pas satisfait de plusieurs choses :

  • – Les relances faites ne sont pas assez engageantes. Il faut re-travailler à la fois sur la posture et sur le style de l’animation. L’animateur/enseignant se trouve trop directif et ressent le besoin de lâcher prise.
  • – la séance n’a pas forcément beaucoup de sens pour les élèves, mais cela tient aussi au fait que c’est un test pour l’animateur/enseignant afin de préparer l’année prochaine. Cependant il faudra que cette séance soit mieux intégrée dans le programme.
  • – la liaison entre la discussion et la suite documentaire de la séquence n’est pas suffisamment explicite. Alors comment faire ? Une piste vers cet article sur la pratique philosophique et de la pratique artistique qui le dit bien, il ne s’agit pas de faire l’un et l’autre mais de proposer un dispositif qui permettent de faire les deux en même temps et qui soit un support de mise en communauté.
  • – Sur les notions, deux pistes sont envisageables : la notion d’espace / réseau et l’accès selon deux modes :
    • * cheminement d’un point vers un autre jusqu’à l’accès à l’endroit visé (indiquer le chemin)
    • * ou alors accès directe par planification/localisation.

Au final, l’année prochaine, l’animateur/enseignant souhaitent que les élèves sachent ce qu’est une adresse dans un espace, que chaque objet a une adresse (mais dieu qui n’est pas objectivable n’a pas d’adresse) et donc que donner une adresse à quelqu’un c’est l’objectiver afin de le retrouver (l’adresse a été créé pour « loger » les soldats en débandade de l’armée louisquatorzième et tout ce qui faisait un mauvais sujet qui ne payait pas l’impôt) et que retrouver quelqu’un ou quelque chose c’est partir d’un point A vers un point B, soit en créant son parcours par cheminement, par essai / erreur, par divagation de point à point OU en anticipant le trajet et en passant par une représentation de la route à suivre.